home-safety

Industrie

Pratique sportive & sécurité

17 Nov , 2016  

Le 11 novembre, jour de deuil. Une famille effondrée et toute une communauté sportive attristée, perdent un de leur membre. 5 jours après le reportage à charge sur le skate de descente réalisé par M6, ce drame apparait comme un séisme dans le milieu des descendeurs français.

Le 6 novembre, M6 diffuse un reportage sur le longskate dans son émission 66 minutes. Un document télévisuel à charge sur un sport, des sportifs français (…) et une fédération (FFRS) qui ne s’est toujours pas prononcée…  Samedi 12 au matin, coup de tonnerre…

rip

 

Faut-il  y voir une coïncidence avec le reportage d’M6 ?  Cette tragédie résonne comme un grave écho au documentaire faisant passer les skaters pour des imbéciles heureux qui joueraient « leur vie sur 4 petites roues en gomme ».  Suite à ce drame, et sans en connaître les circonstances, de nombreuses personnes ont réagi à la publication de Var Matin. Des réactions qui ont fait ressurgir le spectre du reportage d’M6.

reaction-spectre-remy

 

Ce tragique évènement, que tout le monde déplore, écorne malheureusement et un peu plus l’image d’un sport de glisse se pratiquant sur la voie publique. Malgré les moyens déployés par les clubs et les pratiquants, visant à améliorer la sécurité des uns et des autres (surtout en route ouverte), le skate de descente peine à se faire comprendre. Avec ce triste rebondissement, M6 auraient-ils gagné ? Le poids de ce drame appuiera l’opinion de ceux qui ont visionné le reportage, 1 million d’ignorants aveuglés par un traitement nauséabond du skate de descente. Relativisons un peu, les chaînes d’infos ne se sont pas encore emparées du « phénomène longboard »…  Quoi qu’il en soit, l’impact des images d’M6 aura été minime, mais ce drame l’aura rendu efficace.  Une question se pose : n’y a-t-il pas des comportements à faire évoluer chez les riders?

Et maintenant, on fait quoi : on arrête de rouler ? On met la poussière sous le tapis en laissant les Américains poster leurs vidéos bien plus trash que les nôtres ? On se la joue discret en laissant les choses se tasser (faire comme si de rien n’était) ?

Avec tout notre respect pour les proches et les riders ayant perdu un être cher (tout le monde plus globalement), l’intérêt de cet article n’est pas de juger les conditions dans lesquelles se sont produites l’accident, ni de porter un jugement sur le(s) responsable(s) ainsi que tout ce qui concernait leur sécurité. Nous connaissons les risques liés à notre sport, et nous ne pouvons pas nier le fait qu’il puisse y avoir d’autres accidents, compte tenu du fait qu’il y ait de plus en plus de freeriders en herbe. Peut-être n’y a t-il pas un effort à faire en termes de communication entre riders ? Si les institutions ne se sentent pas concernées par la pratique libre, nous le sommes directement et devrions nous-mêmes être porteurs d’initiatives pour notre sport. Certains riders utilisent déjà des outils permettant d’optimiser la sécurité des usagers de la route – drapeaux, voitures ouvreuses, gilets jaunes de sécurité, panneaux de signalisation, trousses de secours, commissaires (ou spotters), talkie walkies, tout est bon pour se protéger et communiquer avec les usagés de la route.

 

intro-long

Document réalisé le 30/09/16 par Sebz Garcia pour le DLB (Dijon Longboard) & le Krusty Cruising Club (chalon Longboard) et plus encore…

A lire pour ceux que ça intéresse – INTRODUCTION AU LONGBOARD

secu

Des idées en plus…

 

Sensibiliser les néophytes sur le port du casque, améliorer les dispositifs de sécurité en route ouverte, travailler avec les collectivités dans l’optique de fermetures régulières, intervenir dans les écoles, créer des infrastructures adaptées, éditer un guide de ride en route ouverte… Autant de solutions, d’idées complémentaires, qui permettront sans doute une évolution des mentalités et de la pratique, tout en restant fidèle à nos racines.

La sécurité en route ouverte est une préoccupation réelle qui crispe les relations entre riders et automobilistes / motards. A t’on déjà fait des propositions pour apaiser ces tensions ?
Aussi petits soient-ils, ces moyens préviennent d’éventuelles collisions. Si l’objectif est de préserver des vies et d’éviter des accidents, il est aussi question de l’image que l’on renvoie à des personnes qui ne nous connaissent pas. Catégorisé parmi les sports « extrêmes », le longboard downhill souffre d’une image renvoyée par les médias. Une image sulfureuse qui s’éclaircira si la prise de conscience est réelle, et si les pratiquants décident de s’équiper en conséquence tout en communicant entre eux et avec les autres.

Skate well, skate safe !

La route comme terrain de jeux, qui n’en a jamais rêvé… Certains y ont perdu la vie. Ne les oublions pas.

 

 

UDmag Longboard Magazine adresse ses condoléances les plus sincères à la famille de Rémy, à ses proches ainsi qu’un prompt rétablissement au motard.

Cover: Amélie Castain

, , , ,

By



Comments are closed.