home

High-5

HIGH5KOOPLES -2- ABOU X ACHEL

28 Oct , 2016  

Pour ce second épisode de High5Kooples, place à l’élégance et au style avec Abou & Achel, team riders de la marque française Majutsu Longboard. Après des années d’entraînement et des sponsors gagnés à la sueur de leurs fronts, Abou & Achel figurent désormais dans le haut du tableau des meilleurs dancers&freestylers français. Un duo coloré et harmonieux qui fait monter la sauce freestyle/dancing Made in France.

Salut les gars ! Depuis combien de temps vous skatez ensemble ?

Abou: ça fait quasiment 2 ans et demi que je skate. Je ne connaissais pas le longboard dancing quand j’ai commencé à faire de la planche à roulettes. Ma première board était destinée à un usage global. C’est en allant au spot du Trocadéro pour m’entrainer au slide que j’ai croisé des jeunes qui dansaient sur leurs planches. J’ai trouvé ça vachement cool et stylé. Je me suis rapproché d’eux et on a commencé à rouler ensemble. Par la suite, ils m’ont fait découvrir la Docksession où j’ai rencontré Achel. Il ridait vraiment bien quand j’ai débuté et je le voyais comme un référent.
Le hasard a fait qu’on soit devenu tous les deux team riders chez Majutsu Longboard (depuis plus d’un an) et c’est là qu’on a vraiment commencé à échanger. On a fini par se capter plus souvent sur les sessions, a essayer de créer des combos à deux, puis à se rendre au So You Can Longboard Dance 2016 (SYCLD) au Pays-Bas. Le plus drôle, c’est qu’on a fait nos deux runs de qualifications l’un contre l’autre. Et tout cela a contribué à ce que l’on se rapproche un peu plus.

2016-10-majutsu-62

Photo: Clément Derrey

Achel: j’ai commencé le longboard en découvrant la Docksession au début de l’été 2014, où j’ai également rencontré Abou qui, je crois, commençait aussi. Le hasard faisant bien les choses, on roulait d’ailleurs tous les deux sur une Madrid. Mais c’est vrai qu’on ne roulait pas exactement « tous les deux », mais plutôt tous ensemble à la Dock’. J’ai toujours adoré Abou, mais c’est au début de l’automne 2015, quand je suis rentré chez Majutsu Longboard, quelques mois après lui, qu’on a commencé à vraiment investir notre petit duo. Personnellement, le fait de pouvoir représenter la marque à ses côtés a été un argument supplémentaire pour rejoindre la team. On a alors commencé à faire des vidéos ensemble, dans lesquelles on essayait de faire des tricks à deux et d’exploiter le concept du duo. Je pense que c’est à So You Can Longboard Dance 2016 que l’on a vraiment consacré notre duo : plutôt que de rider l’un contre l’autre, on s’est soutenu et on a conclu nos deux runs avec un trick à deux. C’était vraiment magique de partager ce moment avec lui.

Je ne voudrai pas être à la base d’un clash, mais qui de vous deux skate le mieux? J’ai beau passer en revue vos édits, je n’arrive pas à vous départager…

Achel: c’est difficile à dire, car pour moi, Abou a un style, une aisance et un charisme sur sa planche que je n’aurai jamais, mais je sais qu’il n’est pas d’accord avec moi. En plus de ça, il apprend des nouveaux tricks avec une facilité déconcertante : il observe, il essaye deux ou trois fois et il replaque. Alors que moi, j’ai tendance à réfléchir pendant une heure au placement de mes pieds ou à mes enchaînements, lui, il fait, sans se poser de questions. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’on se tire mutuellement vers le haut : parfois, je bosse plus le dancing et lui le freestyle, et vice-versa, du coup, on s’apprend nos nouvelles découvertes.

Abou: je pense que pour n’importe qui, ce serait difficile d’apporter une réponse objective à cette question. On n’a pas du tout le même style de ride. Achel est bien posé, réfléchi. Il fait des lines propres avec des tricks placés au bon moment. Il réalise beaucoup de combos qui sont vraiment extraordinaires. Moi, je définis mon style de « wild ». Je ne réfléchis pas sur mes lines, je ne les prépare pas. Je me balade sur la board et j’essaie de rentrer tout ce qui me passe par la tête. Si ça passe, alors tant mieux ! Mais à mon avis, Achel est au-dessus, car en plus d’être aussi fluide que moi, il est très créatif. L’avantage que j’ai, c’est que j’assimile assez rapidement les tricks. Cependant, je ne les intègre quasiment pas dans mes lines. Si l’on compare les vidéos d’Achel aux miennes, tout est propre chez lui, les lines de dancing freestyle, les combos, etc. Alors que moi, c’est la jungle ! Toutefois, j’aime bien ce que je fais et je suis très à l’aise dans ce style et je ne cherche pas à rivaliser avec qui que ce soit. Je m’amuse et me fais plaisir. C’est ce qui compte. Et je sais très bien qu’Achel n’est pas non plus dans le délire de la compétition ou de la rivalité.

Vous êtes amis, mais ça vous est déjà arrivé de vous tirer la bourre sur votre niveau ou sur des tricks?

Abou: oooooh oui à chaque fois que l’on se voit. Non je déconne ! On aime bien se faire des doigts d’honneur l’un l’autre ou même s’entre-traiter de « bâtard », mais rien de méchant. A vrai dire, on est tellement content quand l’un de nous deux rentre un trick de malade, vous ne pouvez pas imaginer ! De plus, on a toujours hâte de se croiser pour partager nos nouveaux tricks et voir à quel point l’autre a progressé. Je sais qu’Achel est très créatif, à chaque session il peut te sortir un trick du futur ! Je suis plutôt content de rouler avec lui.

Achel: nan jamais. On se met cher constamment, mais jamais à propos du niveau. C’est vrai que de voir son pote replaquer des tricks qu’on aimerait faire, ça donne envie, mais ça n’est jamais devenu de la jalousie ou de la rivalité. Je suis plutôt content pour lui et, surtout, c’est très motivant pour se mettre au travail. Je ne pense pas, lui comme moi, qu’on soit du genre à se mettre des bâtons dans les roues, sinon je pense qu’on aurait vite arrêté de prendre du plaisir à faire tout ça ensemble. En plus, Abou est vraiment un mec qui respire la bonne humeur et la modestie, qui sait se réjouir quand ses potes prennent du niveau, donc ça donne envie d’en faire de même.

Vous faites un chouette couple, mais qu’est-ce que vous évoque le fait de skater seul ?

Achel: franchement, moi, je trouve qu’on ne roule pas assez ensemble (à cause de nos emplois du temps respectifs). Alors oui, le longboard reste un sport globalement individuel, et quand j’ai les écouteurs dans les oreilles, je suis un peu dans ma bulle, mais c’est vrai que c’est toujours plus agréable et inspirant de faire ça en présence de ses potes.

Abou : effectivement, on ne se voit pas très souvent avec Achel parce qu’on a, comme il dit, des emplois du temps un peu décalés. J’aime particulièrement rouler seul parfois pour travailler ma fluidité, surtout au niveau du dancing. On a besoin de beaucoup de place pour carver et danser. Le fait d’occuper un spot tout seul aide énormément quand on sait qu’on ne risque pas de percuter qui que ce soit. Et puis quand tu es seul, tu peux vraiment faire la danseuse sans que personne ne te voit (le mec qui n’assume pas quoi haha). Au final, ça ne me gêne pas de rouler tout seul. Néanmoins, rien de mieux qu’une bonne session entre potes, comme ce qui se passe aux Docksessions.

« On ride, on fait le show, on fait les marioles, on discute, on rigole et la vie est plus belle. »

 

Un petit conseil aux riders isolés qui n’ont pas encore trouvé leur skatemate?

Abou : le conseil que je leur donnerai, c’est de ne pas hésiter à rejoindre les groupes de longboarders qui font des sessions hebdomadaires comme par exemple la Docksession ou la rando Riderz. Même s’ils n’ont pas de niveau, il faut qu’ils sachent que le longboard, c’est peace and love. Ramène ta bonne humeur et ta joie, les gens de la Docksession sont très sympas et c’est avec grand plaisir qu’ils t’intègreront. Le skatemate viendra par la suite.

12933152_926704110762159_7275828521275716299_n

Photo: Oh My Long

Achel: trouvez-vous quelqu’un! Haha, c’est vrai que c’est facile à dire… Pour ça, la Docksession m’aura vraiment facilité le travail. J’y ai rencontré beaucoup de gens avec lesquels c’est toujours un plaisir de rouler et qui sont très inspirants. Donc oui, c’est super d’avoir un ami avec lequel partager, s’entraîner, progresser, faire des projets, etc. Mais c’est encore mieux d’avoir une grande famille comme la Dock’. Sinon, je pense que le fait d’avoir un projet autour duquel travailler ensemble, aide vraiment à créer des liens. Pour nous, c’est d’avoir l’objectif commun d’aider Charles (le créateur de Majutsu Longboard) à développer sa marque qui nous a autant rapproché. Et le fait qu’il ait vraiment veillé à instaurer une ambiance familiale dans la team, en n’essayant pas de privilégier ou de mettre en avant l’un plutôt que l’autre a sans doute beaucoup contribué à éviter un climat de compétition.

Fin de session les gars ! L’heure est aux remerciements.

Achel: tout d’abord merci à toi, Marvin, qui nous a toujours soutenu avec UDmag, et ce, dès nos débuts. Merci aussi à Lotfi et Alex, pour avoir créé la Docksession, sans laquelle j’aurai probablement encore aujourd’hui la croyance qu’on ne peut pas faire de figures avec un longboard. Bien évidemment, merci à Charles de Majutsu Longboard qui croit en nous, qui nous traite comme des petits rois, et qui fait preuve d’une patience sans comparaison lorsqu’il s’agit de filmer les 2847 essais qui précèdent la replaque d’un nouveau trick. Merci aussi à Caliber et Blood Orange qui m’ont récemment donné l’incroyable opportunité d’intégrer leur team. Merci aussi à tous les copains (qui se reconnaîtront) de nous inspirer et de nous soutenir en partageant nos vidéos. Et puis merci à Abou d’être comme il est.

Abou : j’aimerai remercier tout d’abord toute la communauté Docksession Paris. C’est comme une famille pour moi, j’aime vraiment les membres actifs du groupe qui m’ont quasiment tout appris du dancing/freestyle. Ensuite, je remercie énormément Majutsu Longboard et son shaper de l’extrême pour tout le soutien dont il fait preuve. Charles est un travailleur acharné, une personne géniale qui n’hésitera pas une seule fois à nous faire plaisir. Il nous fait énormément confiance et répond à tous nos besoins. Merci mon Chacha ! Je remercie aussi mes sponsors RememberCollective, Luxetruckco et 1Triprotective pour tout ce qu’ils m’ont apporté et pour toute la confiance qu’ils m’accordent.
Aujourd’hui, Achel occupe une place très importante chez Majutsu et il a beaucoup fait pour la marque. Ça me fait très plaisir et je le remercie vraiment parce que Charles a besoin d’être entouré de gens comme lui pour avancer dans le métier.  J’ai eu la chance de tomber sur des personnes formidables qui croient en moi et qui ont envie que j’aille de l’avant. Je les en remercie énormément.

Enfin, merci à UDMag de m’avoir donné l’opportunité de témoigner ma gratitude envers tous ces gens qui m’ont soutenu jusqu’ici. #SMOOTHOPERATOR

Photo: Clément Derrey

Photo: Clément Derrey

, , , , , , ,

By



Comments are closed.