AMBROISE

Event Report

EVENT REPORT – DIOTSEIZE

14 Juin , 2016  

Un revival pour les anciens, une expérience inédite pour la nouvelle génération… Après 9 ans de silence, la DDE 38 est de retour avec le come-back de la D281A plus connue sous le nom de la route de Pipay (38), située sur le massif de Belledonne. Le DIOTSEIZE a tenu toutes ses promesses et y’a pas à dire, on s’est gavé. Retour sur un freeride mythique!

 

affiche-diotseize-final--web

Après quelques déboires financiers, l’association des Descendeurs Des Environs du 38 renaît de ses cendres et remet au goût du jour la fameuse D281A pour redonner un nom à ce freeride tant attendu – Le Diotseize en Belledonne.

Du 27 au 29 mai, près de 250 accrocs à la roulette se sont rendus sur le tracé le plus complet des freerides de France.

Tous ont pu profiter d’un parcours d’exception long de 7 kilomètres composés de 7 épingles, de schuss, d’enfilades le tout agrémenté d’une vue imprenable sur la vallée de Grenoble.

Si ZES a ses rumeurs, la réalité a la vérité. Généreuse, la Sainte patronne de Belledonne a passé un deal avec les Dieux du ciel pour offrir aux riders une météo clémente. Et ce fut le cas, du moins pour les deux premières journées avec un mercure qui a grimpé à 30°, des nuits fraîches mais toujours sèches. Pacte rompu le dimanche à 5H00 du mat’, la pluie a fait son apparition pour permettre aux plus casse-cou de s’entrainer sur un spot trempé puis progressivement mouillé-sec.

DSC_0655

Côté orga, rien à redire excepté MERCI! Toutes les 30 minutes (descente/montée), les runs se sont enchainés pour offrir jusqu’a 10 runs par jour, soit 70km pour les meilleurs. Fin de journée, début de l’apéro, dégustation de diots et place au disco avec une série de groupes qui ont enflammé la terrasse de Pipay.

Le DIOTSEIZE en quelques chiffres:

  • 1 évent
  • 3 jours
  • 250 riders
  • 50 femmes
  • 10 runs par jours (70km /jour)
  • 7 nationalités – français, allemands, suisses, belges, anglais, italiens, portugais
  • 70km de descente à la journée (10 descentes en moyenne par jours)
  • Top Speed 80 km/h

Pari gagné pour la DDE 38 qui a rassemblé du beau monde en réunissant une génération old-school adepte du footbrake et une génération new-school qui préfère la glisse avec des stand-up slide à 60, voire 70km/h. Plus qu’un évent de descente, le Diotseize avait à la fois des allures de retrouvailles et de meeting au sens large. On a souhaité en discuté avec Benjamin Verdu, l’un des organisateurs du freeride.

Salut Benjamin!  Encore merci pour cet évent. La première question: pourquoi avoir nommé ce freeride le DIOTSEIZE ?

Après le tout premier qui s’était appelé le « Pipay Longboard Classic », nous avons intitulé l’édition de 2007 « Diot Pipay Longboard Classic », parce qu’on y mangerait des diots. Comme on est maintenant en 2016, et qu’on allait toujours y manger des diots, le raccourci était facile !

Êtes-vous satisfaits de cette seconde édition  ?

Oui, à part la météo du dimanche, le temps a vraiment été avec nous, quand on pense que le lundi, il y avait 10 cm de neige au départ!  Dans l’ensemble les riders ont bien répondu présents, notre volonté de maintenir un grand nombre d’inscrits était un pari un peu risqué. L’événement ne s’est pas trop mal déroulé. Les runs se sont bien enchaînés et dans l’ensemble, même si on a dû beaucoup courir, ça a payé.

DSC_0462

Il semble aussi que les riders ont eu l’intelligence de rider « safe » (ne pas chercher systématiquement à gratter un intérieur en risquant de mettre du monde par terre), ils ont pris le temps de se connaître entre eux, du coup les runs peuvent mieux s’enchaîner. La route est large sans passage ultra-technique, elle est donc propice à rider en groupe. C’est un aspect important des freerides que nous aimons à la DDE et tant mieux si ça s’est bien passé sur cet aspect là.

On a pu voir certains anciens sur la piste et au comptoir. Ce freeride, était-ce un moyen de revenir aux sources, de revoir une génération qui a  permis aux jeunes de reprendre le flambeau ?

Oui, on voulait revoir un maximum de vieux copains qui roulaient avec nous à cette époque, donc il y a eu un gros travail de recherche pour les retrouver. Certains n’ont finalement pas pû venir mais l’ancienne génération était bien présente. Le mix avec la nouvelle s’est bien fait et ça aussi, ça a participé à la bonne ambiance.

Si tu devais comparer l’édition 2007 à celle de Mai 2016, qu’est ce qui en ressortirait?

Le Longskate devient vraiment un sport de glisse. Le top niveau a vraiment augmenté en 10 ans, on passe plus fort, plus précis et plus paquets. On avait aussi clairement plus de footbrake en 2007, ce qui n’est pas tellement propice à rider en groupe puisque le freinage est variable en fonction des riders. Les slides mettent un peu tout le monde d’accord et le surfreinage-fauchage est plus rare (mais il existe encore…).

Les filles sont aussi vraiment plus présentes, et certaines ont un sacré niveau! Les anciens sont encore bien présents aussi. L’ambiance était encore meilleure, on s’est un peu lâché sur les soirées, et on a bien fait 🙂 !

DSC_0558

Quel est le meilleur souvenir que tu gardes en mémoire ?

L’ambiance, l’ambiance, l’ambiance. Pas uniquement sur la route ou les soirées, mais plus d’un point de vue général.  Voir tout le monde passer un bon moment, se retrouver pour certains, découvrir le milieu pour d’autres, les grands sourires au moment de partir, même si on a pas trop pu rider dimanche. On va essayer de garder ce feeling pour la suite.

DSC_0574

Le Diotseize a fait l’unanimité côté riders – Y’aura t-il une troisième édition ?

Logiquement oui!

Derniers schuss avant la fin, c’est le moment des remerciements!

Les rideuses, riders, copines et copains qui les ont accompagnés, qui ont tous contribué à faire de ces 3 jours un tel moment, vraiment, merci à tous.

Nos partenaires chéris, Pat d’Adrénaline à Grenoble. Rich, Adam, de chez Lush/Sabre/Cult, Greg de Blackcross, Pierrot de Fulkit, Alex de DTC, Jogi de Longboardshop, Chartreuse et ses divins breuvages, Fab & Moto Conduite,  Bastou et ses Tomahawks,  Furlan qui nous a enguirlandé, la mairie de Theys et les services techniques, ceux des Adrets aussi, la station des 7 Laux, le service des routes de l’Isère, au col des Ayes et à Bernin…

Mais aussi les Roots Bakers, les Blatringues Sunburst, Saadji, DJ Little Tune pour les bonnes soirées et leurs réactivités dans notre programme. Le soleil pour nous avoir éclairés et chauffés, les nuages pour être allé voir ailleurs le samedi soir. Isaac Newton pour la gravité, la Montagne de Pipay pour nous avoir supportés.

Enfin, tous ceux qui ont bien voulu bénévoler ou donner un coup de main à un niveau ou à un autre et faire que cet événement se fasse. Pierro Faucheur, Laurie Rodriguez, Elise Simon, Nicolas Brunet et Keven Le Ber ont donner des coups de main particulièrement appréciés. Une foule d’autre potes, riderq et non riders sont venus au bon moment apporter leur petite pierre à l’édifice au freeride, merci beaucoup à eux. MERCI !!

La première édition de 2007 – vu par les REB

Le Diotseize 2016 – vu par Flying Focus

Le plaisir était partagé et une fois rentré au bercail, on attend qu’une chose, y retourner. 7km de descente, c’est pas sur tous les évents que ça arrive alors la prochaine fois, allez donc vous faire Pipay!

, , ,

By



Comments are closed.